Le pardon

[trafficplayer_skin padding: 16px 0 0 61px; margin: 0 auto; width: 489px; height: 382px; background: url(http://localhost/eftreussite/Blog/wp-content/uploads/skin16_420x315.png) no-repeat top left; text-align: left;][trafficplayer_youtube_video width= »420″ height= »315″ src= »http://www.youtube.com/embed/2sV44Zt4DmE?modestbranding=1&autohide=0&controls=1&hd=1&rel=0″ ][/trafficplayer_youtube_video][/trafficplayer_skin]

L’étape essentielle pour notre liberté, c’est de pouvoir pardonner et accepter de l’être tout autant. En effet, si nous restons centrés sur la colère, la vengeance, le mépris et la haine, nous attirons à nous cette vibration désobligeante.

Finalement, le problème ne concerne plus celui qui a connu une erreur, mais à vous qui n’arrivez pas à guérir et à retrouver la paix intérieure.

Il faut apprendre à pardonner la personne qui vous a fait du tort. Donner son pardon, ce n’est pas donner l’absolution. On confond trop souvent pardon et absolution.

Peut-être souffrez-vous d’un malentendu enduré durant votre enfance, un mal qui vous fait encore souffrir.

L’individu qui en est la cause n’est plus là, il ne peut donc pas se mettre à votre disposition pour régler le problème, mais peut-être n’est-ce pas aussi indispensable que cela en a l’air ? D’ailleurs se doit-il vraiment d’être là ? Est-ce indispensable ?

Vous libérer de votre douleur émotionnelle ne signifie pas que vous ne faites rien ou que rien ne se passe en dehors de vous-même. Cette libération signifie simplement que vous ne vous laissez plus manipuler par l’émotion.

Rendez-vous compte que le pardon n’est pas démenti. Ce qui a provoqué la douleur reste un événement véritable, reconnu et passé.

Nier son existence et penser que c’est pardonné signifie que la douleur est encore trop présente et trop lourde à supporter. Tous les pardons ne se règlent pas de la même façon.

On peut parfois espérer de la personne qui nous a fait du mal une véritable repentance et une remise en question profonde.

Dans ce cas, la personne peut même jouer un rôle important dans la transformation de la douleur en pardon jusqu’à la réconciliation. Néanmoins, cela n’est pas toujours possible, et même, certaines relations seraient sans doute toxiques tant sur le plan mental, que physique.

Parfois, on ne peut pas attendre de son bourreau qu’il comprenne ou qu’il se repente, parfois même, on ne le souhaite pas. Et dans ce cas, il faut arriver à pardonner, non pas excuser la personne, ni lui donner l’absolution.

Non, rien de tout cela ! Les excuses de l’autre ne doivent pas être le seul motif pour donner le pardon.

Arriver à pardonner donne un sens à votre vie. Vous n’attendez rien de l’autre en échange. Peut-être ne sait-il même pas que vous l’avez pardonné et ça n’a vraiment aucune importance.

L’idée, c’est que vous vous réconciliez avec vous-même. Pardonner dans le sens que vous allez pouvoir oublier cette affaire, vous en défaire et laisser aller les émotions pour qu’elles disparaissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.